Laissez-vous émerveiller !

30 novembre 2018

 L’Avent est emprunté au latin chrétien adventus, dérivé du latin classique advenire (arriver) ; c’est-à-dire l’arrivée, l’avènement de Jésus-Christ, dit, par antonomase, pour sa naissance, et finalement, par catachrèse, pour un certain temps avant Noël. (source : wikipedia)

 Dans notre cœur en attente, essayons de lâcher notre grisaille ambiante afin de permettre à notre regard de voir poindre la splendeur de la Lumière de l’Incarnation. Dans ce temps silencieux de la contemplation intérieur du Mystère qui s’annonce, je vous invite à découvrir – ou redécouvrir - le Livre de Kells, joyau historique de l’Irlande.

Ce livre de Kells – dit encore « Grand évangéliaire de saint Colomba » - est un manuscrit médiéval du IXe siècle, un parchemin exactement, de 680 pages, conservé depuis 1661 à Dublin au Trinity College, la plus ancienne université d’Irlande, où il est exposé dans l’extraordinaire vieille bibliothèque. Ce manuscrit est inscrit à l’Unesco au patrimoine documentaire depuis 2011.


 

Sa splendeur provient des somptueux éléments décoratifs – lettrines ou portraits enluminés – présents sur chaque page ; il s’agissait de marquer la nature sacrée du texte qui suivait. « La coutume d’agrandir et d’orner les lettres initiales d’un texte liturgique semble être née dans l’Europe septentrionale, et s’être développée surtout dans les îles britanniques » (considération sur un évangéliaire irlandais : le livre de Kells).

Si vous souhaitez en savoir davantage sur les enluminures, voici un dossier de futura-science sur le sujet.

L’histoire de ce livre remarquable est assez compliquée ; il semblerait qu’il soit constitué d’au moins deux parties ayant été réalisées à presque 1 siècle de distance (De nouvelles perspectives d’interprétation historique pour le célèbre livre de Kells).

Et voici le Livre de Kells en haute résolution, à contempler comme si vous l’aviez devant vous.

"Apprends de l’émerveillement, cultive l’étonnement.
Vie. Aime. Crois.
Et avec la grâce de Dieu, ne désespère jamais"

pape François. (19 novembre 2017)